1/5

Complexe sportif, Ville de

Saint-Laurent

2010 - Projet non réalisé

Client / Ville de Montréal

Programme / Récréatif

Budget / 30 M $
Superficie / 16 000 m2 
Crédits / Coarchitecture │ SBTA

L’arrondissement de Saint-Laurent souhaitait se pourvoir d’un véritable centre civique en bordure du boulevard Thimens. Constitué de l’École Émile Legault, de l’aréna Raymond Bourque et de la nouvelle bibliothèque, l’insertion du nouveau projet de Complexe sportif devenait donc cruciale comme intervention afin de compléter les gestes qui avaient déjà été entamés dans le passé, les renforcer tant sur le plan paysager et urbain que social et communautaire.

 

Ce tout nouveau Complexe sportif du XXIe siècle aurait compris une piscine intérieure et un bassin récréatif, un terrain de soccer, une palestre gymnique, un gymnase, une salle multifonctionnelle et une salle d’entrainement.

complexe sportif st laurent Coarchitecture

Parti architectural

 

Avant que ne se manifeste l’intention de bâtir un complexe sportif, le site du parc Marcel-Laurin accueillait déjà diverses constructions civiques et deux écoles. Tout autour se sont érigées de véritables barrières tels les autoroutes, les voies ferrées et les centres industriels. À l’intérieur de ce périmètre, des familles sont établies depuis longtemps ainsi que plusieurs autres nouveaux arrivants de provenances variées. Le projet dans son insertion et ses aménagements devra en quelque sorte dépasser sa fonction propre de centre sportif en devenant un élément de liaison entre les différentes parties en présence : Le parc Marcel-Laurin, le boulevard Thimens et les bâtiments voisins tout en ayant son caractère propre et distinctif. De plus, le projet global devra, selon nous, humaniser l’environnement physique et devenir un lieu de ralliement convivial et rassembleur, un lieu appropriable. Un lieu où tout un chacun peut échanger, se reconnaitre comme concitoyens et accéder aux activités sportives et un lieu de sensibilisation envers le développement durable. S’inspirant des topographies naturelles et artificielles du site actuel, le projet que nous proposons se soulève et se déploie en une grande couverture végétale topographiée. Ses plis permettent à la fois d’assurer son intégration au milieu construit et naturel, de ramener une échelle humaine au bâtiment en atténuant sa hauteur, mais surtout de créer des appels de la rue par un parvis d’accueil et par la grande promenade paysagère du toit vers le parc.

 

Ainsi, l’ensemble projeté s’inscrit dans le parc, s’en sert de prolongement et en retour lui ménage un portail. L’un et l’autre acquièrent la visibilité souhaitée que viennent renforcer certains éléments inédits et insolites qui les signaleront dans la ville. Le parvis : ce parvis lance une première invitation et sert d’accueil aux visiteurs. À l’instar de celui de nos églises, son alignement en bordure de rue l’inclut dans la trame urbaine à la jonction du parc linéaire, donne pignon sur rue à l’édifice qui le jouxte tandis que le recul octroyé confère à celui-ci un statut particulier et le désigne à tous. Le parvis sert d’élément unificateur à l’ensemble des trois bâtiments qui l’encadrent. Il est aussi l’amorce d’une grande promenade paysagère et architecturale. Mi-minéral mi-végétal, il se veut également le prolongement du parc Marcel-Laurin, tant par la présence importante d’arbres et de végétaux que par son accès au grand toit végétalisé en une promenade inclinée se terminant par un belvédère sur le parc et la piste d’athlétisme. Cette promenade permet aussi par une fente effectuée dans le toit du bâtiment de voir en plongée ce qui se passe à l’intérieur du hall. Un jeu de gradins partant du toit agit aussi comme élément de liaison entre le bâti et le parc en permettant au public de s’y assoir pour assister aux activités sportives ayant lieu dans le parc. À partir du parvis s’organise l’ensemble projeté. Pour atteindre ce résultat, nous avons élaboré un concept de base rigoureux qui organise les axes, les perspectives, les jeux volumétriques, les fonctions et établit des temps forts, des priorités dont le point culminant sera le hall principal, lieu de rassemblement, d’information et de découverte.

 

Dans le but d'amener l’usager se situer dans la perception des lieux, les cheminements qui lui sont offerts sont balisés de points d’intérêt et de vues sur l’extérieur comme points de repère. Mais aussi, des imprévus comme des vues en plongée ou en contre-plongée viennent rompre la linéarité des parcours, garder les sens en éveil et susciter le plaisir renouvelé de la découverte. La promenade est ponctuée de diverses expériences spatiales constituées d’évènements en lien avec le paysage, le ciel, l’architecture et les fonctions sportives, le tout étant interconnecté physiquement ou visuellement. À titre d’exemple, une cour en contrebas, à l’entrée du projet, dévoile et met en valeur la piscine et la pourvoit de lumière naturelle et de vues directes sur l’extérieur tout en lui procurant l’intimité souhaitée. Une courette est aussi aménagée autour d’arbres existants et est située au centre de l’espace café. Visible dès l’entrée cette « bouchée » prise dans la forme du projet est un évènement à l’échelle humaine qui amène de la lumière au niveau -2 par un grand pan incliné qui indique clairement la direction à prendre pour accéder au Stade de Soccer et à la piscine. Tous ces lieux constituent une grande variété d’ambiances et d’échelles où chaque individu y trouvera sa place.

complexe sportif st laurent Coarchitecture
complexe sportif st laurent Coarchitecture