1/5

Bibliothèque de Charlesbourg

Québec (2006)

Client / Ville de Québec

Programme / Culturel

Budget / 11,5 M $
Superficie / 3 350 m2 
Crédits / Marie-Chantal Croft pour Croft-Pelletier architectes

Témoignages

« C’est un bâtiment de niveau international, qui se démarque par l’usage de la toiture végétalisée, mais aussi par les jeux subtils entre la pierre et le bois et un éclairage naturel formidable. Je connais peu de bibliothèques aussi adaptées à leurs différents publics ».

Entrevue donnée au journal le Devoir par l’architecte et critique d’architecture française Dominique Gauzin-Müller, réputée internationalement dans les domaines de l’architecture de bois et écologique.

Le projet est composé de plusieurs espaces publics d'envergure dont un amphithéâtre de 130 places, une salle d'exposition temporaire, une section jeunesse 0-6 ans, une section d'enfants 7-11 ans et une section adolescent en plus des sections multimédias, romans, documentaires et référence.

 

La philosophie du projet était de favoriser le plaisir de lire, de connaitre et de découvrir dès la naissance. Une grande attention a été portée à la localisation et à la conception de ces espaces et de son mobilie

Parti architectural

Tout d'abord, nous avons aussi voulu redonner à la première « commune », soit l'espace que les Jésuites s'étaient réservés pour la construction d'édifices religieux en premier lieu et communautaires par la suite, son caractère public. Au lieu d'un stationnement à proprement parler à côté de l'église, nous avons privilégié la conception d'un espace public minéral, un parvis en pente qui deviendra selon les besoins du moment : lieu de rencontre et de rassemblement, marché public, lieu de spectacles extérieurs ou stationnement. Ce parvis profitera d'une mixité de fonctions selon les besoins, comme par exemple la Piazza Del Campo à Rome servant le jour de marché et le soir de stationnement. Ce mode d'utilisation mixte des espaces publics est très favorable à l'appropriation des lieux par d'autres activités. Cela contribuera à consolider et à positionner la vie culturelle du Trait-Carré, déjà très présente.

 

Les différentes interconnexions au sein du bâtiment sont rendues possibles entre autres par la compression d'une partie des espaces intérieurs de la bibliothèque en un pli topographié. Bandeau incluant des terrasses de lectures et la salle d'animation, ce ruban permet la liaison visuelle et physique des différentes sections de la bibliothèque, l'orientation facile de l'usager ainsi qu'une relation et une progression plus douce entre les différents étages à travers une promenade architecturale, paysagère et intellectuelle. Le décloisonnement, la circulation fluide, l'interconnexion des espaces pourvoient la bibliothèque d'un environnement ludique où l'utilisateur de la bibliothèque aura envie de s'aventurer et d'y rester. Le concept d'organisation intérieur alliant flexibilité, dégagement, décloisonnement, ouverture et transparence donne une grande aisance à circuler et à se repérer dans l'édifice et où chacun est invité à travailler, à se distraire, à flâner, à butiner et à fureter. Des parcours multiples sont possibles et permettent la lisibilité horizontale et verticale de l'édifice.

Développement durable

L'agrandissement de la Bibliothèque de Charlesbourg est exemplaire et novateur à plusieurs niveaux. À cet effet, ce projet a remporté plusieurs prix nationaux tant sur le plan de ses qualités de bâtiment vert, sur le plan du design intérieur que sur le plan architectural. Il a répondu au programme du PEBC et permet une économie d'énergie de 53% supérieure au Code Modèle National d'économie d'énergie. Il possède un système géothermique, permet un contrôle des gains solaires par la sérigraphie du verre de la façade ouest et des pare-soleil au sud et aussi, permet une moins grande déperdition de chaleur par le fait que le bâtiment est à moitié enfoui sous terre.

 

La toiture végétale, la plus grande accessible en Amérique du Nord, possède de multiples avantages environnementaux : elle permet d'augmenter la rétention des eaux de pluie, donc de réduire la nécessité du traitement de ces eaux par la municipalité, elle réduit la charge requise en climatisation, réduit les effets îlots de chaleur l'été et préserve la toiture contre les effets des rayons solaires. Vaste jardin, elle devient un élément important du projet et contribue à la biodiversité locale. En plus, une réduction substantielle de l'éclairage artificiel est rendue possible par la fenestration abondante et la conception d'éclairage de tâches aux tables et aux rayonnages. Le mobilier et les matériaux sont en très grande majorité de provenance locale. Le bois extérieur est torréfié et le tapis entièrement fait de matière recyclée et recyclable.

Distinctions /  

2009  Prix de l'Ordre des architectes du Québec dans la catégorie édifice culturel et finaliste prix OAQ : Intégration oeuvre d'art à l'architecture / Bâtiment éco-responsable/ Prix du public/ Prix vision jeunesse.

 

2008  Prix du Public, Mérites d'architecture de la Ville de Québec

 

2007 Prix Best of Canada Interior design

 

2007 Prix canadien des Collectivités Viables,

 

2007 Prix Économie Énergie

 

2004 Canadian architects Award of excellence

 

2003 Projet lauréat concours