1/4

Hydro-Québec - Édifice C

Vanier (2014)

Client / Hydro-Québec

Programme / Administratif

Budget / 1,8 M $
Superficie / 1 500 m2 
Crédits / Coarchitecture

Photographe / Stéphane Groleau

L’édifice C fait partie d’un ensemble de bâtiments de services d’Hydro-Québec se situant à Vanier. Ce poste de transformation, mis en service en 1927 par la Shawinigan Water and Power Company afin d’alimenter deux papetières de la région de Québec, était l’un des plus importants de l’entreprise. Une soixantaine d’années plus tard, les bâtiments de l’ensemble sont réhabilités pour devenir un centre de formation de l’école des monteurs de lignes. Selon la Chaire de recherche du Canada de l’Université de Montréal, le bâtiment possède un intérêt patrimonial indéniable. Véritable témoin de l’électrification du Québec, l’ensemble conserve son langage architectural uniforme datant d’avant la nationalisation de l’électricité par Hydro-Québec.

 

Le projet de réfection de cet édifice s’est opéré en deux grandes phases. D’abord, une analyse exhaustive du bâtiment a permis de dresser un rapport d’expertise complet sur son état général quant à son étanchéité et à l’intégrité de son architecture d’origine. Il a été déterminé que le bâtiment avait subi, au cours des décennies, de nombreuses modifications altérant son aspect général. Ensuite, afin d’assurer la pérennité du bâtiment, une série de travaux, concernant à la fois l’enveloppe et l’aménagement intérieur du bâtiment, ont été effectués.

Coarchitecture-Hydroquébec-québec-vanier-architecture

Parti architectural et défis relevés

Le respect de l’intégrité architecturale de l’édifice C a été une priorité dans ce projet. Le parti pris était de rendre lisible l’aspect patrimonial du bâtiment en rétablissant les caractéristiques propres au concept d’origine, perdues au gré des rénovations mal intégrées. La réfection des divers éléments s’est opérée dans le respect des traditions constructives de l’époque de façon à venir s’intégrer harmonieusement à l’ensemble du bâtiment. Les concepts techniques ont dû être adaptés aux conditions des structures et systèmes constructifs existants ainsi qu’aux méthodes contemporaines de construction. Ainsi, le projet a pu redonner sa fonctionnalité propre à certaines portions de murs qui avaient été déconstruites, dissimulées ou non entretenues avec les années. Cela s’est notamment traduit par la reconstruction complète du mur Est qui avait été remplacé par un revêtement d’acier profilé mal intégré à l’architecture patrimoniale. La rénovation des différents systèmes d’étanchéité ainsi que la rénovation des fenêtres et l’amélioration des aménagements intérieurs ont suscité des défis importants, imposant une rigueur afin de respecter les échéanciers planifiés et le budget.

 

Par des interventions respectueuses, intégrées et minutieuses, la rénovation de l’Édifice C d’Hydro-Québec a pu révéler la richesse de l’architecture industrielle caractéristique du bâtiment datant de l’entre-deux-guerres. L’intégrité de ce patrimoine a été assurée par la mise en place de stratégies visant la durabilité et la pérennité de l’édifice, et ce, pour encore plusieurs décennies. .

Coarchitecture-Hydroquébec-québec-vanier-architecture