1/6

Finaliste du concours - Réfection de l'enveloppe du Grand Théâtre de Québec

Québec (2015)

Concours d'architecture - Finaliste

Client / Grand Théâtre de Québec

Programme / Culturel

Budget / Non disponible
Superficie / Non disponible
Crédits / Coarchitecture en collaboration avec

               EBC

               LGT

Remerciements à / Technorm

                                Audiofax

                                Atomic 3

                                Epsylon

                                M. Bessam Fallah

La rénovation de l’enveloppe du Grand Théâtre de Québec est un défi de taille nécessitant l’apport de plusieurs domaines d’expertise. Aucun des enjeux en cause ne peut être considéré séparément, qu’il soit patrimonial, artistique, culturel, technique, constructif, fonctionnel ou économique. Étant tous interdépendants, la réponse appropriée à ces enjeux a nécessité un travail de conception interdisciplinaire avec un constant souci du détail. Ce sont le désir d’apprendre de la riche histoire du lieu et du patrimoine moderne, la volonté de conserver la valeur existante et de lui faire embrasser l’avenir, ainsi que le désir de contribuer à rendre l’institution pérenne qui ont animé notre équipe tout au long du processus de conception intégré.

 

Le résultat obtenu, riche de la complémentarité des membres d’une équipe pluridisciplinaire, constitue une solution équilibrée en regard des objectifs suivants :

 

1. Préserver autant que possible et mettre en valeur l’édifice patrimonial existant;

 

2. Préserver la murale Jordi-Bonet;

 

3. Mitiger les impacts du projet sur les opérations du GTQ;

 

4. Réaliser le projet pour un montant maximum forfaitaire raisonnable, incluant des garanties à long terme sur la performance de l’enveloppe.

Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture
Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture

Dévoiler la culture

Mémoire, identité et théâtralité

 

Un survol des théories de la restauration nous a permis de définir une approche basée davantage sur les théories contemporaines de la restauration que sur les théories classiques traditionnelles plus appropriées pour les édifices anciens que pour les édifices modernes. L’inspiration du projet est puisée à même ce qui caractérise l’identité du GTQ dans son architecture et son œuvre d’art, tant dans ce qui est tangible qu’intangible. Une nouvelle peau porteuse de l’image et de la mémoire du lieu protégera et valorisera ce dernier, vaste mise en scène théâtrale et urbaine, avec comme décor la façade originale conçue par Victor Prus.

 

Dialogue, générosité et démocratisation de la culture

 

Le Grand Théâtre, tout en intériorité, garde secrètement son contenu culturel et sa richesse telle une forteresse. L’intervention architecturale propose d’ouvrir cette dernière et donner à vivre et à voir ce joyau aux citoyens, en offrant une grande vitrine culturelle sur l’espace urbain. Ce geste s’inscrit dans les philosophies récentes de la restauration qui mettent l’objet en relation avec son contexte et son milieu humain, ainsi que dans une perspective de démocratisation de la culture.

 

Expérience du lieu

 

Une nouvelle couche d’histoire s’ajoute à celle déjà en place, où l’expérience spatiale est la pierre angulaire du projet. L’entre-deux, soit le passage étroit entre deux parois, tel un canyon, est renforcé par la juxtaposition d’un nouveau foyer, permettant de doubler la sensation de passer d’un état à un autre, d’une paroi à une autre. En longeant successivement la murale et la façade existante, le spectateur bénéficie aussi d’une vue prenante sur l’extérieur et d’une générosité spatiale.

Matérialité et tectonique

 

La matérialité de la double peau s’inspire du jeu des ombres et de la lumière sur les panneaux existants, rappelant ainsi son relief de même que les plis du drapé présent dans la murale de Jordi Bonet. Réalisé à l’aide de perforation de panneaux d’aluminium québécois répondant aux contraintes importantes de poids sur l’édifice existant. La paroi vitrée du foyer, humble et discrète, révèle l’activité culturelle. La couleur d’accent, le rouge, est utilisée pour son effet théâtral et met en valeur la façade du GTQ. Préfabrication, modularité, répétitivité, symétrie, rigueur, simplicité et intégration des systèmes mécaniques et structuraux furent les mots d’ordre de la conception, synthèse de l’approche de Prus.

 

Concept lumière

 

« Un cri d’amour lancé à la face du monde ». Inspirée par cette déclaration de Claude Péloquin décrivant la force de l’œuvre de Jordi Bonet, l’installation lumière du foyer, composée d’une multitude de feuilles d’aluminium suspendues, évoque un cri, une prise de parole, l’énergie créatrice qui émane de ce haut lieu de culture et s’envole vers l’extérieur. La mise en lumière extérieure est réalisée à partir de l’intérieur de la paroi, à l’aide de fibre optique et par l’utilisation des installations existantes sur le site, le tout en alternance, selon le moment de la soirée.

Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture
Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture
Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture
Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture
Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture
Coarchitecture-GTQ-Grand-théâtre-québec-architecture